Méthode scientifique

Ce que nous appelons la méthode scientifique est si intimement dépendante des idéologies et de la culture au sein desquelles elle a émergé qu’elle ne peut aucunement prétendre être universelle.

❑ En désaccord ❑ Neutre ❑ En accord


  • Doit-on s’ouvrir à des approches scientifiques adaptées aux cultures, idéologies et religions, ou bien doit-on favoriser une science universelle?
  • Par quels moyens spécifiques et concrets encouragerez-vous ou découragerez-vous les scientifiques à partager publiquement et librement les résultats de leurs travaux, même s’ils entrent en conflit avec les idées et les ambitions politiques de votre parti?
  • Jusqu’à quel point la vérité scientifique peut-elle être imposée, et inversement jusqu’à quel point les fausses rumeurs qui restent néanmoins populaires doivent prendre leur place dans les institutions?

Consensus scientifique en cours

En désaccord. La méthode scientifique est et doit rester précisément conçue pour générer des résultats et pour aboutir à des conclusions qui soient objectives et universelles, notamment en ce sens que ces résultats cherchent systématiquement, par divers moyens, à ne pas dépendre des cultures ou des idéologies. Les progrès scientifiques ont pour condition que les chercheurs puissent partager les résultats de leurs recherches avec l’ensemble de la communauté scientifique.

Bulletin

CAQ NPD PCQ PLQ PQ PVQ QS

Réponses

Parti conservateur du Québec

En désaccord. La méthode scientifique est universelle, car elle doit être basée sur la reproductibilité. La raison et la logique doivent primer sur les croyances, les dogmes et les agendas politiques.1 Tous les travaux scientifiques doivent être partagés et critiqués librement. Le processus de publication académique actuel manque de transparence et fait de sorte que de nombreuses recherches financées avec des fonds publics ne sont pas accessibles par le public.

Parti libéral du Québec

Neutre (interprété). Nous croyons que le gouvernement doit faire la promotion d’une culture de la science et de l’innovation afin de contribuer au développement d’une société du savoir.

Au cours des quatre dernières années, nous avons mis la recherche et l’innovation au coeur des priorités du gouvernement du Québec. Nous avons notamment lancé la Stratégie québécoise de la recherche et de l’innovation 2017‐2022 (SQRI) qui prévoit une somme de 585 millions de dollars, laquelle s’ajoute à des investissements déjà consentis pour un total de 2,8 milliards sur cinq ans.

Par l’entremise du programme NovaScience que nous avons bonifié de 8 millions de dollars, nous appuyons financièrement des organismes et des projets qui favorisent une plus grande compréhension des sciences et de la technologie par les jeunes et le grand public ainsi que le développement d’une relève dans ces domaines.

Dans le cadre de la présente campagne électorale, nous nous sommes notamment engagés à investir 100 millions de dollars pour consolider la position du Québec parmi les chefs de file en intelligence artificielle. Nous voulons ainsi poursuivre notre objectif de créer au Québec le plus important écosystème d’intelligence artificielle en Amérique du Nord en misant sur le savoir de nos chercheurs et en mobilisant le talent de nos travailleurs, entrepreneurs et étudiants.

Enfin, soulignons que chacun des trois Fonds de recherche du Québec, dont la mission est notamment de financer les chercheurs et les étudiants et de soutenir la diffusion des connaissances, est administré par un conseil d’administration indépendant qui est présidé par le scientifique en chef du Québec. Le gouvernement n’intervient pas dans le choix des projets de recherche qui sont subventionnés ni dans la diffusion des résultats de ceux-ci.

Parti vert du Québec

Neutre. La méthode scientifique commune est composée de plusieurs étapes qui se suivent et forment un cycle permettant d’avancer des théories. Si certains points peuvent varier d’une culture à une autre, la vérification des expériences par les pairs permet d’assurer des conclusions reproductibles qui sont universelles. La méthode scientifique se doit demeurer ainsi.

Il est important de noter que le Parti vert du Québec ne veut pas tomber dans le pur scientisme. Il est possible que des approches adaptées à d’autres facteurs soient en mesure d’apporter des connaissances vérifiables, uniques et valables en leur genre. Le PVQ prône l’usage de la méthode scientifique universelle telle qu’énoncée plus haut, car elle a fait ses preuves historiquement.

Le PVQ souhaite démocratiser l’information au sein des ministères et des organismes gouvernementaux s’il est élu. Nous avons récemment signé le pacte du logiciel libre (Facil) qui propose plusieurs points pour démocratiser les logiciels libres d’accès et fournir le code informatique gratuitement aux citoyen-nne-s du Québec. Nous défendons la même approche en ce qui concerne le partage libre et publique des résultats de travaux scientifiques.

Même si certains d’entre eux entraient en contradiction avec les valeurs du Parti Vert du Québec, nous n’avons pas l’intention de les censurer. S’il y a des limites à ce que la vérité scientifique commune domine totalement l’opinion publique, elle doit tout de même diriger les institutions du Québec. Les fausses rumeurs n’ont pas leur place dans l’élaboration d’une société juste, informée, équitable et démocratique.