Fluoration de l'eau potable

La fluoration de l’eau potable est un moyen efficace et sécuritaire pour améliorer la santé dentaire.

❑ En désaccord ❑ Neutre ❑ En accord


  • Recommanderiez-vous voire obligeriez-vous les réseaux d’eau potable à ajuster leur niveau de fluorure à un niveau optimal pour prévenir la carie dentaire ? Ou à l’inverse, la décourageriez-vous ou l’interdiriez-vous ? Ou bien, considérez-vous que la décision incombe entièrement aux instances locales ?

Consensus scientifique en cours

En accord. Depuis le début du XXe siècle de nombreuses études ont montré que là où l’eau potable est naturellement fluorée à des concentrations suffisantes, la population connaît beaucoup moins de carie. D’autres études ont montré que lorsqu’on ajustait artificiellement la concentration en fluor de l’eau potable, on obtenait les mêmes effets bénéfiques. À la dose optimale pour la santé, la fluoration de l'eau potable n’a d’effet négatif significatif ni sur la santé humaine, ni sur l’environnement.

Référence principale : Mémoire de l’AMSSCQ concernant la fluoration de l’eau potable présenté à la Commission de la santé et des services sociaux le 23 avril 2013.

Bulletin

CAQ NPD PCQ PLQ PQ PVQ QS

Réponses

Parti conservateur du Québec

En désaccord. Quand le gouvernement agit, il doit toujours se demander si son action augmente ou limite la liberté des individus. Les citoyens peuvent être eux-mêmes responsables de leur santé dentaire sans devoir affecter l’ensemble des réseaux de distribution d’eau potable. La décision finale revient aux municipalités.

Parti libéral du Québec

En accord (interprété). La fluoration de l’eau potable est une mesure de prévention de la carie dentaire reconnue par la communauté scientifique nationale et internationale, comme étant économique, efficace et sécuritaire pour la santé. Nous sommes en faveur et nous soutenons les municipalités qui souhaitent instaurer la fluoration de l’eau potable, par le Programme québécois de fluoration de l’eau potable 2015-2025. L’arrêt de la fluoration, et ce, sans entente préalable avec le MSSS, peut entrainer pour les villes concernées une pénalité financière.

Rappelons qu’en avril 2013, la Commission de la santé et des services sociaux a tenu des audiences publiques sur la fluoration de l’eau potable s’était penché sur la question. Les membres de la commission ont recommandé que la fluoration de l’eau potable ne soit ni une mesure obligatoire ni interdite. Nous encourageons les municipalités à rendre disponible la fluoration de l’eau potable, tout en favorisant une plus grande acceptabilité sociale de cette mesure par l’éducation.

Parti vert du Québec

En accord. Pour le Parti Vert du Québec, la fluoration de l’eau potable est un moyen efficace et sécuritaire pour améliorer la santé dentaire. Le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) a déjà la responsabilité de surveiller la qualité de la fluoration de l’eau auprès des municipalités participant au Programme québécois de fluoration de l’eau potable. Un gouvernement vert encouragerait tous les réseaux d’eau potable de la province à se joindre à ce programme pour ajuster leur niveau de fluorure et éviter la carie dentaire. Les bénéfices de cette mesure de santé publique sont évidents depuis longtemps.

Le Parti Vert du Québec ne croit pas que la décision devrait incomber complètement aux instances locales. Il reste important pour nous de surveiller les concentrations de fluorure dans l’eau (max 1,5 mg par litre) et prendre en compte les autres sources de fluor (ex. pâte à dents) auxquelles la population peut être exposée. Un Parti Vert élu consultera les spécialistes du Ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi que les experts de la communauté scientifique pour faire des choix éclairés sur la question.